Remboursement et garanties

Remboursement et garanties

Remboursement

Les remboursements sont mensuels et sont en fonction :

  • du montant emprunté
  • du taux d’intérêt
  • de la durée du financement

En principe, le remboursement commence avec l’octroi du crédit immobilier. Cependant, la plupart des organismes de crédit permettent à l’emprunteur de commencer ses remboursements après une période d’utilisation à convenir il s’agit du remboursement du capital différé.

Ainsi, si vous avez acheté un logement dont la construction ou la rénovation n’est pas encore achevée et que vous continuez à payer le loyer de votre demeure actuelle, vous ne remboursez, jusqu’au moment du déménagement, que les intérêts dus pour cette période. Les mensualités « normales » ne sont payées qu’à partir du déménagement.

Considérez le tiers (33%) de vos revenus permanents comme point de repère pour décider judicieusement de la partie de votre budget à attribuer aux remboursements mensuels de votre prêt logement.

Vous voulez vous assurer un budget équilibré ? Maintenez un niveau de vie approprié, en tenant compte de vos revenus permanents et de vos charges fixes.

Exemple de calcul du revenu disponible et de la capacité de remboursement

La capacité de remboursement conseillée pour cet exemple est de :

Revenu mensuel disponible (5 756,00 €) x 33 % (soit un tiers de vos revenus)
= 1 899,69 €
Revenu mensuel net de l’époux (impôts déduits)
Revenu mensuel net de l’épouse (impôts déduits)
+ Allocations familiales
+ Autres revenus fixes (=après impôts)
3 000,00 €
3 000,00 €
185,60 €
0 €
TOTAL DES REVENUS 6 185,60 €
- Charges actuelles mensuelles (prêts en cours, prime d’assurance…) 429,00 €
REVENU MENSUEL NET DISPONIBLE 5 756,60 €

Ce solde ne doit pas dépasser +/- un tiers (1/3) du revenu mensuel disponible afin de vous permettre de mener une vie décente.

Garanties

L’obtention d’un crédit immobilier est soumise à certaines conditions de base ainsi qu’à des garanties requises par l’organisme de crédit.

  • L’organisme de crédit exige en général un apport personnel de l’emprunteur (de 10 à 25% du coût total), qui est en fonction de sa situation et de s es possibilités de remboursement.
    En général, la banque ne veut p.ex. pas financer les frais qui n’ajoutent rien à la valeur de l’immeuble, comme la prime d’assurance, les frais d’hypothèque…
  • Dans certains cas (si les moyens de remboursement de l’emprunteur sont largement garantis et que le risque de non-remboursement est limité), le financement de la totalité des coûts par l’organisme de crédit est possible.
  • Grâce à l’hypothèque, le bien immobilier est lui-même pris en garantie par l’organisme de crédit, qui se réserve le droit de donner le bien immobilier en vente lorsque le débiteur ne peut plus faire face à ses remboursements.
    Ceci constitue cependant une mesure extrême, appliquée uniquement s’il n’y a pas d’autre solution.
  • L’organisme de crédit exige en général aussi une assurance solde restant dû, qui couvre le solde à rembourser en cas de décès prématuré de l’emprunteur.
  • L’organisme de crédit exige la souscription d’une assurance incendie (le plus souvent gratuite) pendant la période de construction d’un immeuble
  • D’autres garanties sont envisageables, telles que :
    • une cession sur salaire
    • une hypothèque sur un autre immeuble
    • le nantissement d’un compte de portefeuille-titres
    • une garantie bancaire
    • la mise en gage d’une assurance-vie
    • le cautionnement d’une autre banque ou l’aval d’un tiers
    • etc.

Avis clients certifié !

webdesign & development: h2a.lu

Les cookies participent au bon fonctionnement de ce site internet. En utilisant ce dernier, vous acceptez l’utilisation des cookies. En savoir plus